Rechercher dans ce blog

dimanche

Voile VS bout de tissu / Veil VS piece of clothe

Cessez de nous prendre pour des cons.
Quit treating us as idiots.

Ajouter une légende

mercredi

Le multiculturalisme comme un cancer, heureusement un échec


Le multiculturalisme est comparable à une forme de cancer


C’est ce que croient plusieurs observateurs qui estiment que la censure autour du spectacle SLĀV confirme cette situation.
Cancer
Voici la ou les sources de cet article : Putsch MediaJournal de MontréalBreitbart et The New American / Voici la source de la photo : NIH Image Gallery, FlickrPublic Domain Mark 1.0
Jérôme Blanchet-Gravel, essayiste et auteur, estime que « le Québec baigne dans le politiquement correct et entre dans la phase de radicalisation du multiculturalisme ». C'est ainsi qu'il se confiait au magazine français Putsch, précisant que ceux qui ont tenté de faire censurer SLĀV pratiquent, eux-mêmes, une forme de « dynamique ségrégative ».
Le multiculturalisme produit une nouvelle forme de racisme
Blanchet-Gravel s'insurge contre le fait que « les gens pensent que le multiculturalisme, c'est le mélange des cultures » alors que « c'est plutôt l'enfermement communautaire et racial ». Précisant sa pensée, il avance que toute cette polémique autour de l'appropriation culturelle – les Blancs qui jouent le rôle d'esclaves noirs – témoigne du fait que le « Québec baigne de plus en plus dans le politiquement correct », dans un contexte où « le climat intellectuel est actuellement malsain ici ».
Il n'est pas le seul à voir les choses ainsi. Mathieu Bock-Côté, dans le Journal de Montréal, édition du 28 juin dernier, partage les préoccupations du principal intéressé. Bock-Côté est formel : « Un des signes les plus nets de l'américanisation mentale de la société québécoise se trouve dans l'importation chez nous d'un antiracisme débile et paranoïaque, qui n'a rien à voir avec notre réalité... »
Être blanc serait un crime
Mathieu Bock-Côté affirme que pour les activistes montréalais d'extrême gauche, « Lepage et Bonifassi sont coupables du crime qui ne se pardonne pas : ils sont blancs. » Ces militants, se réclamant du mouvement Black Lives Matter, « les ont accusés ainsi de faire usage de leur "privilège blanc" et de se rendre coupables "d'appropriation culturelle" ».
En fait, plusieurs observateurs estiment que tout ce mouvement de troupes, autour d'un supposé racisme québécois, ne consisterait qu'à justifier leur haine des « Blancs », si l'on reprend la réflexion de Bock-Côté.
Le mouvement Black Lives Matter
Curieusement, tel que Breitbart Jerusalem le rapportaitle 16 août 2016, des fuites de documents internet révèlent que l'Open Society, fondée par le spéculateur George Soros, aurait subventionné à hauteur de 650 000 US$ le mouvement Black Lives Matter, cela afin de créer des troubles à l'ordre public.
Les mêmes fuites, provenant de DCLeaks.com, citent l'Open Society Foundations (OSF) qui se réjouit du fait que toute l'agitation sociale générée par Black Lives Matter aura eu pour effet « d'accélérer le démantèlement des inégalités structurelles produites et maintenues par les forces de l'ordre. 


dimanche

Le Canada est un mythe qui n'est pas le pays des Québécois

Tout est dit dans cette chronique de Mathieu Bock-Côté. (1er juillet 2018)


Le Canada n’est pas le pays des Québécois. 
C’est un pays étranger qui s’est construit en siphonnant leur identité. 
Les Québécois savent que le mythe "Canada" est une construction idéologique grossière qui, pour se métamorphoser en Disneyland diversitaire, a dû censurer historiquement et politiquement le peuple québécois

Le Canada se prend pour la superpuissance morale de notre époque. Ses leaders aiment sermonner le monde entier en expliquant aux autres pays qu’il leur suffirait d’appliquer le modèle diversitaire canadien pour se délivrer des tensions identitaires qui les traversent. Le Canada (et plus encore les libéraux de Justin Trudeau) se présente devant la planète comme un pays exemplaire: il brandit son multiculturalisme comme un idéal de civilisation et étrangement, une bonne partie du monde occidental se laisse séduire par ce fantasme, comme s’il croisait le mythe de la terre promise.
Il faut convenir d’une chose: la propagande d’Ottawa est efficace. La politique étrangère mené par Ottawa travaille activement à véhiculer cette image immaculée du Canada.

Le Canada, au nom de son multiculturalisme, refuse toute identité historique particulière, et se présente même comme l’accomplissement de l’utopie diversitaire. C’est un parti qui croit devoir s’arracher à son histoire pour advenir à sa véritable identité, qui consisterait à représenter une promesse pour le genre humain, comme s’il incarnait de manière convaincante un cosmopolitisme lumineux. Mais il s’appuie justement sur cette prétention pour se présenter comme le meilleur pays au monde. Est-ce un paradoxe? Chose certaine, le Canada cultive, dans cette perspective, un patriotisme particulièrement chauvin qui le rend incapable d’imaginer d’autres modèles de société que le lien. C’est qu’au fond de lui-même, il se prend pour la prochaine étape dans l’histoire de l’humanité.

Les Québécois savent que le mythe "Canada" est une construction idéologique grossière et que ce pays, pour se métamorphoser en Disneyland diversitaire, a dû censurer historiquement et politiquement le peuple québécois, qui a été ramené au rang de minorité ethnique parmi d’autres, censée se réjouir de la thèse officielle selon laquelle nous serions tous des immigrants. Ils doivent accepter la thèse que la Nouvelle-France n’est pas le moment fondateur de leur histoire mais une vague migratoire parmi d’autres dans la construction de la diversité canadienne.
Les Québécois savent que dans ce pays, lorsqu’ils rappellent qu’ils sont un peuple, ils sont accusés de suprémacisme ethnique.
Les Québécois savent aussi que la Constitution à laquelle ils sont subordonnés même s’ils ne l’ont jamais signé les condamne à évoluer dans un espace politique étroit dans lequel ils peuvent difficilement bâtir leur propre modèle d’intégration des immigrés.

Les Québécois savent que le bilinguisme fédéral est un masque qui légitime en fait leur anglicisation et leur dépossession linguistique.
Ils savent que le multiculturalisme canadien rend pratiquement impossible la mise en place d’une laïcité québécoise – même dans sa version la plus minimaliste, elle est déconstruite par le gouvernement des juges que le Canada fait passer pour la seule forme possible de l’État de droit.
Ils savent que ce pays qui veut se définir exclusivement par sa diversité est le laboratoire de la récupération des droits de l’homme par les communautarismes et par l’islamisme en particulier.

Le Canada n’est pas le pays des Québécois. C’est un pays étranger qui s’est construit en siphonnant leur identité, comme l'a déjà remarqué Christian Dufour, sans jamais reconnaître leur existence nationale, sinon de manière négative, lorsqu’on les caricature à la manière d’une tribu ethnocentrique et xénophobe qui laissée à elle-même, basculerait dans la logique de l’ethnocratie.

x



Le Canada ne voit le peuple québécois que pour le mépriser. Le Canada n’a jamais renoncé à poser un regard colonial sur les Québécois – il l’a seulement modernisé et maquillé sans le renier en 1982. Le Canada est persuadé que le fédéralisme civilise les Québécois de l’extérieur – sans l’encadrement bienveillant du Canada anglais, ils se laisseraient aller à leurs pulsions réactionnaires. Le peuple québécois n’a rien à célébrer le 1er juillet. D’ailleurs, les Québécois, et c’est à leur honneur, se fichent globalement des célébrations fédérales.

Pour l’instant, on le sait, le mouvement souverainiste se porte mal. Très mal, même. Sous sa forme actuelle, il pourrait bien mourir dans les années à venir. La fenêtre historique de l’indépendance semble se refermer, et on ne sait trop quand elle se rouvrira. Mais les Québécois ne se sont pas réconciliés avec le Canada pour autant: ils ont décidé de faire comme s’il n’existait pas. C’est une stratégie d’évitement du réel qui est récurrente dans notre histoire. Mais la réalité des choses demeure: le peuple québécois, dans la fédération, est condamné à voir son identité s’éroder. L’assimilation des Québécois dans la fédération est programmée depuis le rapport Durham. Leur dissolution comme peuple est inscrite dans la nature même du régime de 1982. Le Canada nous condamne à la folklorisation identitaire et à la régression ethnique.

Alors d’une manière ou d’une autre, le nationalisme québécois devra repasser à l’offensive. En ce moment, il se réinvente: il devra le faire en se donnant un nouveau discours. Il devra le faire en démystifiant l’idéologie canadienne et en la critiquant frontalement, en montrant comment elle est néfaste en soi, et néfaste pour le peuple québécois en particulier. Et c’est dans la mesure où ils assumeront clairement leur rupture avec le Canada multiculturaliste que les nationalistes sauront faire resurgir au cœur de la vie publique l’aspiration à l’indépendance, qui est endormie, mais qui peut se réveiller, parce qu’elle est l’expression achevée de notre volonté de vivre.

Un jour, peut-être plus tôt que tard, les Québécois redresseront l’échine. Alors, ils s’arracheront au Canada. Alors, ils feront l’indépendance. Alors, ils auront un pays à eux.

mercredi

(FR/ENG) Censure Wikipedia sur les médaillés du Québec aux Olympiques

(English below)
Dans l'article Wikipedia sur les Jeux olympiques d'hiver 2018 j'ai tenté de faire un ajout sur la remarquable performance des athlètes Québécois, mais je suis fait censurer.
Voici en gras l'ajout que j'ai fait:
Norway led the total medal tally with 39, followed by Germany's 31 and Canada's 29 of which 12 were won by Québec athletes (Québec being one of the canadian federed states).
Mais l'un des administrateurs (Sportsfan 1234) l'a enlevé en mentionnant "propagande séparatiste" (!)
Ce qui laisse présumer que l'administrateur est un autre fédérat paranoïaque qui refuse de reconnaître l'existence du Québec en tant que peuple, nation, territoire, et État (car le Québec est un État).
Il ne veut surtout pas qu'on sache que le Québec gagne presque la moitié des médailles du Canada aux Olympiques.

Voici l'explication que j'ai fournie pour mon ajout:
"Ce court ajout n'a rien à voir avec la présumée "propagande séparatiste". Il a tout à voir avec la performance des athlètes venant de différents états, territoires ou nations. La fédération canadienne est faite de 10 états fédérés (aussi appelés "provinces") qui entraînent leurs propres athlètes. La même mention pourrait être faite sur les athlètes de l'Alberta, de l'Ontario, etc. Cet ajout est certainement pertinent pour certains des 8 millions de Québécois qui veulent savoir comment leurs athlètes ont performé pendant les Jeux. Il est utile aussi de noter que plusieurs articles sur les Jeux mentionnent les "nations participantes" (et pas "les pays").
Encore une fois, sur Wikipedia, pas TOUS les faits sont bienvenus.
---

(ANGLO)
In the Wikipedia article about the 2018 Olympic winter games, I tried to add an information about the remarquable performance of the Québec athletes, but I was silenced.
Here is the addition, in bold, that I made:
Norway led the total medal tally with 39, followed by Germany's 31 and Canada's 29. of which 12 were won by Québec athletes (Québec being one of the canadian federed states).
But one administrator (Sportsfan 1234cut the addition, mentioning "separatist propaganda" (!)
Which leads to conclude that this guy might be yet another parnoid federats  who denies the existence of Québec as a People, a nation, a territory and a state (which it is).
He certainly doesn't want you to know that Québec athletes win almost half the canadian medals at the Olympics.

This is the explanation that I gave for my addition:
This short addition has nothing to do with alleged "separatist propaganda" (?) It has everything to do with the performances of athletes from various states, territories or nations. The canadian federation is made up of 10 federed states (also called "provinces") who train their own athletes. The same mention could be made, for example, for Alberta or Ontario athletes, etc. This addition can certainly be relevant for those of the 8 millions Quebecers who would want to find out how their athletes performed during the games. It is also useful to notice that many articles about the games mention "participating nations" and not "countries". Thank you. 
Once again, on Wikipedia, not ALL facts are welcome.

La honte: Luc Lavoie et "la démocratie" à La Joute (LCN TVA)

Voici comment Luc Lavoie voit l'opposition, fondement de notre démocratie: du boudage, selon son "avis d'expert".
C'est le même qui avait été suspendu (pour la forme) il y a quelques mois pour avoir affirmé à cette même émission, en s'esclaffant de rire, "J'aimerais faire comme les américains font avec les écureuils: prendre mon fusil et partir à la chasse aux séparatistes" (voir image plus bas).
Maudit sale clown.

Honte à LCN/TVA. (Semaine du 12 février 2018)



dimanche

(FR-ENG) Canadian army shoots Québec civilians - L'armée canadian abat des civils à Québec

EN 1918, L’ARMÉE CANADIENNE OUVRE LE FEU SUR DES CIVILS À QUÉBEC.
(«Ô Canada … Ton front est ceint de fleurons glorieux») 
Cela n'a PAS été mentionné lors du150e du Canada en 2017....
Voir texte plus bas.

IN 1918, THE CANADIAN ARMY OPENS FIRE ON QUÉBEC’S CIVILIANS
(“Ô Canada ... True patriot love in all thy sons command”) 
There was NO mention of this for Canada's 150th aniversary in 2017...
See text below.

Dans le journal / In the paper

Cliquer pour agrandir / Click to enlarge




(Mise à jour 2018) Langue au Québec - erreurs à corriger

 Le français est la 4e langue mondiale; parlée ou connue par 400 millions de personnes.
Elle est langue officielle dans 28 pays, à l’ONU, dans l’Union européenne ainsi que dans le mouvement Olympique et plusieurs autres organisations internationales.
Les 28 États francophones du monde se comprennent mais le français québécois a plusieurs défauts.
Il suffit d’un petit effort et ce n’est pas « snob » de bien parler pour se faire comprendre.
Chérissons-la. Je vous défie de trouver plus belle langue (hormis ses sœurs latines, l’espagnol et l’italien).

Erreurs à éliminer.
Exemples d’erreur
Remarques
Français normal (international)

Confusion
masculin-féminin
Tous / Tout = masculin
Toute(s) =  féminin
Toutes les gars arrivent à un heure.
Ils sont toutes arrivés.
C’est toute moi qui gère.
Dans le doute on utilise seulement «toute».
Pourtant d’autres langues utilisent le masculin / féminin et n’en souffrent pas.
Tous les gars… à une heure.
Ils sont tous (tousse) arrivés.
C’est moi qui gère tout.


Si et «rait»
Si j’aurais su, j’aurais refusé.
« Monsieur SI n’aime pas les raies »
Si j’avais su, j’aurais refusé. 
Si nous avions…nous aurions

Cte / Cté
Cte gars-là.
Cté filles-là.
Ce gars là.
Ces filles là.

À partir de dla
En plus de tsa
D’où viennent ce D et ce T?
À partir de .
En plus de ça.

Té tallé / Chu tallé
D’où vient ce T?
Tu es (z)allé / Je suis (z)allé

Que au lieu de «dont»

Le gars que je t’ai parlé.
La chose qu’on a besoin.
Le gars dont je t’ai parlé.
La chose dont on a besoin.
On dit « Je t’ai parlé DE ce gars » et
« On a besoin DE cette chose. »

Quand qu’on (kankon)
Quand qu’a (kanka)
Quand qu’y (kanki)
Kankon veut, on peut.
Kanka crie, a crie fort.
Kanki se fâche, c’est pas beau.
Quand (t)on veut, on peut.
Quand (t)elle crie, elle crie fort.
Quand (t)il se fâche, c’est pas beau.

La  (article ou pronom)
Ça la été bon.
Ça la prit du temps.
Ça (cela) a l’air bon.
Ça (cela) a prit du temps.

(adverbe)
Cte gala-là, là… 
Cté négociations constitutionnelles-
Cessons de dire «LÀ» après CHAQUE démonstratif sans exception.
Ce gala.
Ces négoc.. constitutionnelles.

Faque

J’étais fatigué, faque chu parti.
Contraction de «Ce qui fait que»
J’étais fatigué, donc je suis parti.
Alors / Ainsi…

M’a
M’a leur dire.
M’a y aller.
Contraction excessive de :
«Je m’en vais leur dire.»
Je vais leur dire.
Je vais y aller.

Avec
Les autres avec ne savent pas..
Celui que j’avais de la misère avec.
Les autres non plus ne savent pas.
Celui avec qui j’avais du mal.

Ouskalé / Ouskyé / Ouskya
Où il (elle) est  /  Où il y a  /  Où est-il (elle)?

Leû
C’est pas de leû (z)affaires.
Je vais leû dire.
Ce n’est pas de leurs (z)affaires.
Je vais leur dire.

La place ouske c’est que chtallé.
La place où je suis allé.

Je sais qu’est-ce que c’est qui s’est passé.

Je sais ce qui s’est passé.

Écoeurant
Ton repas est écoeurant!
Ce film est écoeurant!
Sens inversé
Ton repas est succulent/délicieux!
Ce film est génial… excellent!
Sublime… magnifique… merveilleux…

Jusqu’à temps que..
Jusqu’à ce que..

Chu s’a job.
Je suis au travail.

Parzemp (par exemple)
J’aime le café; pas trop fort parzemp
Un exemple ne peut pas être une opposition.
J’aime le café; pas trop fort par contre (ou toutefois)

Y a pas personne.
Si on dit «il n’y a pas personne», il y a quelqu’un
car deux négatifs donnent un positif.
Il n’y a personne.

Ga donc ça (contraction)
Pantoute (contraction)
Je m’en sacre.
Regarde donc ça.
Pas du tout.
Je m’en fout / Je m’en balance / Ça m’est égal

S’u le plancher.
S’a table.
S’é murs.
Sur le plancher
Sur la table
Sur les murs

Ou bin non / Ou bedon
Ou sinon / alors / plutôt

Chu toute fourré.
Je suis tout confus / mêlé.

À cause que…
Parce que…

Un mann – né
Un moment donné.

En tsour
En dessous

C’est de valeur.
C’est dommage / triste  / désolant

On va n’en parler.
On va en parler.

Canceller la cédule
Anglicismes
Certains anglicismes sont acceptables ou francisés (et l’anglais a anglicisé plusieurs mots français) mais certains sont barbares.
Annuler  l’horaire.

Toute le kit.
Anglicisme et genre
Tout ça / Tout le reste

C’est scrappé.
Anglicisme
C’est détruit / brisé / rejeté

La même maudite affaire.
Exactement la même chose /  Absolument pareil, identique

Minque
Minque j’arrive, je t’appelle.
Dérivé de « Mais que »
Dès (aussitôt) que j’arrive, je t’appelle.

Frette frette frette frette…
Glacial  /  Extrêmement froid

Vous zervenez de l’école.
Vous zercommencez.
Vous revenez de l’école.
Vous recommencez.

Une coupe /  Une coupule
Quelques-uns / Certaines

Excessivement
C’est excessivement intéressant.
Ce mot signifie trop, un excès. Or une chose ne peut pas être «trop» intéressante, «trop» importante, ou «excessivement» belle.
C’est extrêmement (très) intéressant… beau… important…

Drette en partant.
Dès le début  /  Dès le départ  /  Aussitôt

Tu y vas-tu?
Cela vient de la France rurale mais à éviter.
Tu y vas?   /   Y vas-tu?


Féminin – Masculin  Dans le doute ou la paresse, trop de gens mettent tout au masculin!

Une heure
Féminin


Une évacuation
Féminin


Une équipe
Féminin


Une alarme
Féminin


Une arme
Féminin


Une industrie
Féminin


  Un étage
Masculin


  Un édifice
Masculin
Mais on dit une bâtisse

  Un appel
Masculin


  Un exemple
Masculin
Un bel exemple / Un bon exemple / Le meilleur exemple

ETC